Digitalisation des artisans : qu’est-ce que cela veut dire

La digitalisation des artisans est un sujet central du gouvernement et des fédérations d’artisans sans que cela puisse être expliqué simplement. Pourtant le sujet n’est pas si complexe. Explications.

Pourquoi parler de digitalisation ?

Le sujet de la digitalisation est mis en avant pour trois raisons principales :

  • Elle permet aux artisans d’être plus productifs et de mieux vivre la gestion administrative de leur entreprise
  • Elle permet aux artisans de faire évoluer leur métier pour aller chercher de nouveaux marchés, pour innover plus vite et concurrencer des groupes importants
  • Elle permet à l’administration fiscale de tracer les mouvements financiers des petites entreprises et de réduire la fraude

Comment se digitaliser ?

Les deux premiers points ci-dessus sont des arguments forts. Néanmoins, il ne s’agit pas dès demain de réaliser une révolution dans votre entreprise : allez-y petit à petit avec les « indispensables » de la digitalisation à savoir :

  • Une messagerie électronique et un agenda en ligne
  • Un logiciel de comptabilité en ligne

Des sites comme appvizer vous permettent de choisir un logiciel de devis-facturation très facilement. Il en existe beaucoup alors comparez les prix et les avis des utilisateurs pour vous faire le vôtre. Les logiciels en ligne peuvent être très souvent testés pendant 30 jours gratuitement alors n’hésitez pas à consacrer un peu de votre temps à les évaluer vous-même.

Digitalisation = compétitivité

Les possibilités sont infinies en termes d’évolution de votre métier. Le BIM, par exemple, révolutionne le marché du bâtiment, car il permet de partager toutes les données d’un bâtiment entre tous les acteurs de sa construction. Sans aller jusqu’au BIM, vous pouvez tirer parti de la digitalisation pour partager des données entre artisans, travailler ensemble et proposer des services à plus forte valeur ajoutée.

Artisanat du bâtiment : une poursuite de la croissance selon la Capeb

L’année 2017 a été portée par une croissance de 2,5% selon la confédération des artisans du bâtiment de France. Le secteur du bâtiment a en effet été particulièrement dynamique grâce à la construction de logements neufs (5% de croissance). la rénovation et l’entretien de logements anciens n’ont progressé que de 1% pour la même période).

2018 devrait donc suivra la même tendance selon la Capeb mais la confédération anticipe cependant un tassement des projets de construction du fait des changements législatifs qui ont, jusque là, stimulé le marché (prêt à taux zéro, PTZ et à l’investissement locatif Pinel).